The Franco-German Duo and Nuclear Deterrence: Between Misgivings, Misunderstandings, and Implicit Convergences (from 1954 until today)

On behalf of the organisation team — Drs. Nicolas Badalassi (UBS), Frédéric Gloriant and Guillaume de Rougé (Paris 3):

Please find enclosed the Program and Argument of our incoming International Conference dedicated to :

The Franco-German Duo and Nuclear Deterrence: Between Misgivings, Misunderstandings, and Implicit Convergences (from 1954 until today).

This event is organized and hosted by the CERHIO – South Brittany University, with the support of the NPIHP – Wilson Center and the ICEE – Paris 3 Sorbonne University.

The three days conference will take place at the University of South Brittany, Lorient.

To attend, please contact nicolas.badalassi@univ-ubs.fr .

Best Regards,
Nicolas Badalassi, Frédéric Gloriant and Guillaume de Rougé

//
De la part du comité d’organisation — Nicolas Badalassi (UBS), Frédéric Gloriant et Guillaume de Rougé (Paris 3) :

Vous trouverez ci-joint le programme et l’argumentaire de notre conférence internationale consacrée au thème suivant :

Le « couple franco-allemand » et la dissuasion nucléaire : entre méfiance historique, malentendus réciproques et convergences implicites (de 1954 à nos jours). 

Cet événement est organisé et hébergé par le CERHIO – Université de Bretagne Sud, avec le soutien du NPIHP (Wilson Center) et de l’ICEE – Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Cette conférence se déroulera sur trois journées à l’Université de Bretagne Sud, Lorient.

Pour y assister, merci de contacter nicolas.badalassi@univ-ubs.fr

Cordialement,
Nicolas Badalassi, Frédéric Gloriant et Guillaume de Rougé

//

ARGUMENT:

In the early 1960s, facing the emergence of the French “force de frappe”, the Chancellor Adenauer asked candidly the French Ambassador François Seydoux: “This bomb, I really wonder against whom it is conceived.” The suspicious tone of this often quoted statement, sheds light on one of the main sources of misunderstanding between French and West-Germans as they both entered the nuclear era.

Indeed, the legacy of World War II and the bipolar division of Europe put France and the Federal Republic of Germany (FRG) on a radically different stance towards the nuclear issue. Whereas France eventually managed to integrate the club of atomic powers, the hypothesis of a German nuclear bomb remained, following the famous Gaullist quote, “the last casus belli in the world”, stressing the extent to which the Soviets – and, as a consequence, their Western adversaries – resented such a scenario.
Behind the universal formulation of its clauses, the Non-Proliferation Treaty signed in 1968, the lynchpin of the bipolar nuclear order, was all about setting in stone the definitive FRG renunciation of the possession of nuclear weapons. In return, the FRG would welcome ever more numerous and powerful US nuclear weapons on its soil, and would only have a marginal role in the command and control of these weapons, exactly like the other European allies hosting such weapons (UK, Turkey, Italy).
By contrast, during the 1960s and 1970s, Vth Republic France managed to develop the third nuclear arsenal in the world, allowing Paris to assert more forcefully its divergences with Washington and other European countries, on the Atlantic Alliance’s military strategy. From 1959 onwards, the increasing intensity with which France asserted its independence gradually led to the French withdrawal from NATO integrated structures of military command in March 1966 – right at the same time when the FRG fostered its strategic cooperation with the US and the UK in the NATO framework – this dual and contradictory process giving birth to a real taboo regarding nuclear issues between Bonn and Paris. In France, the possession of the “bomb” nurtured the illusion of a fully recovered independence. In the FRG, the absence of a nationally controlled deterrent, coupled with the seemingly insuperable division of the country into two parts, reinforced the perception of an existential dependence on the US. This dissymmetry lies at the heart of French and German nuclear experience during the Cold War.

Nevertheless, a few German political actors, especially Adenauer, were deeply aware of the advantages the French nuclear program could offer: increased diplomatic room for maneuver vis-à-vis a sometimes bullish US ally, and more fundamentally, a counterweight to the weakening of the US strategic guarantee in the context of an emerging nuclear parity between the two superpowers. Maybe even more importantly, when France, in the second half of the 1960s, used its independent nuclear deterrent as an instrument to overcome the East-West antagonism by promoting “détente”, this policy prepared in many ways the logic of the “Ostpolitik”, contributing to the possibility of a German reunification in the future.
Hence, in spite of mutual misunderstanding and mistrust inherited from history, there has been, during certain “privileged moments” (e.g. the Berlin/Cuba crisis in 1958-1962, or the Euromissiles crisis in the early 1980s), a fertile strategic dialogue between French and German decision makers, including on nuclear issues.

Therefore, the central questions of this conference will be the following: Is there a fundamental and insuperable nuclear incompatibility between France and Germany, jeopardizing any genuine project of a strategic Europe? Does recent research add knowledge on specific attempts to open a substantial Franco-German strategic dialogue on nuclear issues? Which aims did the actors pursue, and which lessons did they draw from these attempts – and from their failures?
Beyond the sole examination of these “privileged moments”, this conference will aim to identify and analyze potential phases of Franco-German cooperation, in which nuclear issues played a role, even indirectly, and will also include the study of mutual perceptions and Franco-German nuclear misunderstandings.
ARGUMENTAIRE :

En 1960, le chancelier Adenauer, confronté à l’émergence de la « force de frappe », interrogea ainsi l’ambassadeur de France, François Seydoux : « cette bombe, je voudrais bien savoir contre qui elle est conçue ? ». Le ton inquisiteur de la question, souvent citée, a le mérite de mettre en évidence l’une des principales sources d’incompréhension entre Français et Allemands de l’Ouest, face à la découverte et l’expérience de l’ère nucléaire durant la guerre froide.
En effet, l’héritage de la Seconde Guerre mondiale et la division bipolaire de l’Europe placèrent l’Allemagne et la France dans des situations radicalement différentes au plan nucléaire. Tandis que la France se frayait difficilement un chemin vers le club des puissances atomiques, l’hypothèse d’un armement nucléaire allemand représentait « le dernier ‘casus belli’ existant dans le monde » selon la célèbre formule gaullienne, soulignant ainsi à quel point les Soviétiques – et par voie de conséquence, leurs adversaires occidentaux – redoutaient une telle éventualité. Derrière la formulation universelle de ses clauses, le Traité de Non-Prolifération signé en 1968, clé de voûte de l’ordre nucléaire bipolaire, avait bien pour principal objectif de graver dans le marbre le renoncement définitif de la RFA à la possession de l’arme nucléaire. En retour, celle-ci accueillait sur son sol des armes nucléaires américaines toujours plus puissantes et nombreuses, sur lesquelles elle n’eut qu’un contrôle marginal, voire nul, à l’instar des autres Alliés européens ayant hébergé de telles armes, soit pour des raisons stratégiques particulières (Royaume-Uni, Turquie), soit, pour une grande part, afin de ne pas singulariser le cas allemand (Italie notamment).
Au contraire, la Cinquième République parvenait durant les années 1960 et 1970 à construire un arsenal nucléaire qui fit bientôt de la France la troisième puissance nucléaire mondiale, et lui permit d’assumer plus résolument les divergences apparues depuis les années 1950 avec les alliés américains et européens sur la stratégie à déployer face à l’URSS et au Pacte de Varsovie. L’amplification des singularités françaises et leur dramatisation, qui aboutit au retrait français des structures militaires intégrées de l’OTAN en 1966 – au moment même où la RFA renforçait sa coopération stratégique et nucléaire avec les Américains et les Britanniques au sein de l’OTAN – aboutit, entre la France et la RFA, à la formation d’une forme de tabou nucléaire. La « bombe » semblait renvoyer les Français à une illusion d’indépendance totalement recouvrée, et les Allemands à la douloureuse réalité d’une profonde dépendance stratégique, doublée d’une division apparemment indépassable en deux Etats. Une dissymétrie fondamentale caractérise donc l’expérience nucléaire des Français et des Allemands durant la guerre froide.
Pourtant, certains dirigeants allemands, parmi lesquels Adenauer, avaient parfaitement conscience des avantages que le programme nucléaire français pouvait leur procurer : une marge de manœuvre diplomatique accrue vis-à-vis de l’encombrant allié américain, et de manière plus fondamentale, un contrepoids à l’affaiblissement de la garantie stratégique américaine dans le contexte de la parité nucléaire entre les deux Grands. Plus important encore peut-être, lorsque la France chercha durant la seconde moitié des années 1960 à faire de sa force de dissuasion l’instrument d’une politique de dépassement des blocs, cet effort préparait et rejoignait en maint aspect la logique profonde de l’Ostpolitik, avec en arrière-plan l’objectif de la réunification allemande. De sorte que, par-delà les malentendus réciproques et les méfiances héritées de l’Histoire, il y eut à certains moments privilégiés (tels que la crise de Berlin/Cuba en 1958-1962 ou encore celle des Euromissiles, au début des années 1980), un dialogue stratégique fécond entre Français et Allemands, impliquant directement ou non les sujets nucléaires.
La question centrale que notre colloque cherchera à éclairer est donc la suivante : exista-t-il entre la France et l’Allemagne une incompatibilité nucléaire fondamentale et indépassable, qui hypothéqua tout projet d’Europe stratégique ? N’y a-t-il pas eu de tentatives de fonder un dialogue stratégique franco-allemand substantiel en matière nucléaire ? Quels buts les acteurs impliqués ont-ils poursuivi, et quelles leçons ont-ils pu tirer de ces éventuelles tentatives et de leurs échecs ? Au-delà du seul examen de ces différents moments diplomatiques, ce colloque visera à identifier et analyser d’éventuelles phases de coopération franco-allemande durant lesquelles les enjeux nucléaires jouèrent un rôle, même de manière sous-jacente.
En contrepoint, le colloque s’attachera aussi à l’étude des perceptions réciproques et des malentendus nucléaires franco-allemands et, à ce titre, portera en particulier sur :
les perceptions allemandes de la politique française vis-à-vis de la « question allemande » dans son ensemble (réunification, mais aussi les enjeux intermédiaires : reconnaissances, frontière Oder-Neisse, désarmement etc.) ;
les perceptions allemandes de la politique nucléaire de la France, tant dans sa période strictement gaullienne (indépendance revendiquée) que dans ses évolutions ultérieures (coopération franco-américaine accrue, rapprochement France-OTAN, notamment sur la stratégie en Centre-Europe, et rapprochement franco-allemand) ;
le rôle des enjeux nucléaires dans les perceptions mutuelles des conceptions révisionnistes de l’Allemagne (Ostpolitik) et de la France (détente), vis-à-vis de l’architecture de sécurité européenne ;
symétriquement, le rôle des enjeux nucléaires dans les perceptions mutuelles par les deux pays de leurs relations respectives avec Washington, avec une tradition atlantiste certes plus marquées en Allemagne, mais bien présente en France également.
PROGRAM:
Thursday, 30 June 2016

16:30 Meeting in front of the Hotel (before the departure to Kéroman)

17:00 – 19:00 Guided Tour of the Former Submarine Base of Kéroman
by Christophe Cérino, University of South Brittany
19:00 – 19:30 Travel by car to the Breton village of Larmor Plage

19:30 Promenade along the Atlantic Wall
Friday, 1 July 2016
8:30 – 9:00 Arrival at the University of South Brittany – Welcome Coffee
9:00 – 9:30 Opening Session
Welcome address by Eric Limousin (Director of the Faculté de Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales, University of South Brittany)
Introduction by the organisers:
Nicolas Badalassi (University of South Brittany, CERHIO),
Frédéric Gloriant (University of Paris III, ICEE),
Guillaume de Rougé (University of Paris III, ICEE)

9:30 – 11:00 Panel 1: From the Beginning of the Franco-German Strategic Dialogue to the Nuclear Ambiguities of the “Adenauer / de Gaulle” Era
Chair & Discussant: Benedikt Schoenborn (University of Tampere)
Elmar Hellendoorn (University of Utrecht), Nuclear Beginnings between Paris and Bonn. French Politico-Strategic Motives for Franco-German Uranium Enrichment and the ‘Syndicat d’études pour une usine de séparation isotopique européenne’, 1954-1957.
Andreas Lutsch (University of Würzburg; CISAC, Stanford University), From Bonn to Valhalla? Nuclear Assistance and West German Nuclear Ambitions, 1960-1963.
Frédéric Gloriant (University of Paris III, ICEE), De Gaulle’s Nuclear Policy towards West Germany: A Historiographical Reappraisal, 1958-1969.
11:00 – 11:15  Coffee Break
11:15 – 12:30  Panel 2: Ostpolitik and the Franco-German Nuclear Relations
Chair: Elmar Hellendoorn (University of Utrecht)
Benedikt Schoenborn (University of Tampere), Early Concepts of Ostpolitik and French Nuclear Deterrence.
Nicolas Badalassi (University of South Brittany, CERHIO), Franco-German Relations, European Security and Disarmament Issues in the Era of Ostpolitik, 1969-1974.
Discussant: Andreas Lutsch (University of Würzburg; CISAC, Stanford University)
12:30 – 14:00  Lunch
14:00 – 16:00  Panel 3: From the Euromissiles Crisis until the End of the Cold War
Chair & Discussant: Frédéric Bozo (University of Paris III, ICEE)
Ilaria Parisi (University of Paris III, ICEE), Moving to the “Second Circle” : French Deterrence, the Defence of Europe and the German Question, 1975-1983.
Yannick Pincé (University of Paris III, ICEE), France-Federal Germany: A strategic Debate that became Political during the Eighties.
Dominique Mongin (INALCO), Evolution of French Nuclear Strategy towards Germany during the Mitterrand’s Presidency.
16:00 – 16:30 Coffee Break

16:30 – 18:00  Panel 4: Controversies and Concepts: How Relevant is the Concept of “Extended Nuclear Deterrence” in the Franco-German Context?
Chair & Discussant: Oliver Meier (SWP, Berlin)
Joël Mouric (University of Western Brittany), Raymond Aron, Germany and the Atomic Bomb.
Christine Leah (Yale University), Extended Deterrence by Non-Superpower Nuclear Weapon States.
Saturday, 2 July 2016
9:00 – 11:00 Panel 5: Nuclear Uncertainties in the Post-Cold War Era
Chair : Dominique Mongin (INALCO)
Guillaume de Rougé (University of Paris III, ICEE), The French Commitment in the Alliance’s Nuclear Deterrence Debate since 2014: Rationale, Challenges, and Potential Implications for the Franco-German Relationship.
Oliver Meier (SWP, Berlin), Walking Together in Different Directions? Prospects for French-German Cooperation on Nuclear Deterrence and Arms Control.
Discussant: Christine Leah (Yale University)

11:00 – 11:15  Coffee Break

11:15 – 12:00 Conclusion and Debate

Prochaine séance – MARDI 13 mai 2014

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance de l’Atelier d’histoire nucléaire aura lieu

exceptionnellement le mardi 13 mai à 18h00,

à Paris 3, à l’Institut du Monde Anglophone (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 75006),

en salle 15.

Cette cinquième séance nous verra accueillir Joël Mouric, chercheur associé au Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC) à l’Université de Bretagne Occidentale. Sa présentation portera sur Le fait nucléaire dans la pensée de Raymond Aron.

Nous vous demandons de bien vouloir nous faire connaître votre participation possible à cette séance en envoyant un mail à Ilaria Parisi, ilaria.parisi1987@gmail.com.

L’équipe des organisateurs.

Prochaine séance – mercredi 16 avril 2014

La quatrième séance de notre Atelier aura lieu

le mercredi 16 avril à 18h00,

à Paris 3, à l’Institut du Monde Anglophone (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 75005),

en salle 12.

Cette troisième séance nous verra accueillir Benoît Pelopidas, Maitre de conférences en Histoire des relations internationales à l’Université de Bristol. Sa présentation a pour titre: Nuclear weapons safety and security as a retrospective illusion: lessons from France and the Cuban missile crisis.

Nous vous demandons de bien vouloir nous faire connaître votre participation possible à cette séance en envoyant un mail à Ilaria Parisi, ilaria.parisi1987@gmail.com.

Prochaine séance – mercredi 9 avril 2014

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine séance de l’Atelier d’histoire nucléaire aura lieu le

mercredi 9 avril à 18h00

à Paris 3, à l’Institut du Monde Anglophone (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 75005)

en salle 12.

Cette troisième séance nous verra accueillir Antonio Varsori, professeur d’Histoire des relations internationales à l’Université de Padoue. Sa présentation portera sur La politique étrangère de l’Italie dans les années 1980 : entre IDS et Eureka.

Pour en savoir plus sur le parcours professionnel et intellectuel de notre invité, nous vous invitons à lire l’article de Anne Dulphy et Christine Manigand, « Entretien avec Antonio Varsori », publié dans Histoire@Politique. Politique, culture, société, dans le numéro de janvier-avril 2014. Vous pouvez le retrouver à cette adresse : http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=22&rub=portraits&item=27.

Nous vous demandons de bien vouloir nous faire connaître votre participation possible à cette deuxième séance en envoyant un mail à Ilaria Parisi, ilaria.parisi1987@gmail.com.

Prochaine séance – mercredi 19 mars 2014

La prochaine séance de notre atelier aura lieu le

mercredi 19 mars à 18h00

à Paris 3, Institut du Monde Anglophone (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 75005)

en salle 15.

Cette deuxième séance nous verra accueillir Frédéric Bozo, professeur d’Histoire contemporaine à Paris 3. Sa présentation le verra nous faire part de ses toutes dernières recherches, parues dans l’ouvrage Histoire secrète de la guerre irakienne : la France, les Etats-Unis et l’Irak, 1991-2003 (2013).

Nous vous demandons de bien vouloir nous faire connaître votre participation possible à cette deuxième séance en envoyant un mail à Ilaria Parisi, ilaria.parisi1987@gmail.com.

Deuxième séance – mercredi 5 mars 2014

La prochaine séance de notre atelier aura lieu le

mercredi 5 mars à 18h00

à Paris 3, Institut du Monde Anglophone (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 75005)

en salle 12.

Cette deuxième séance nous verra accueillir Jayita Sarkar, doctorante en Histoire des Relations Internationales au Graduate Institute de Genève. Sa présentation aura pour titre Franco-Indian nuclear relations and Anglo-American anxieties during the early Cold War, 1948-1952 (Abstract).

Pour en savoir plus sur notre intervenante, sa carrière et ses publications, vous pouvez consulter son site internet : http://www.jayitasarkar.com/.

Nous vous demandons de bien vouloir nous faire connaître votre participation possible à cette deuxième séance en envoyant un mail à Ilaria Parisi, ilaria.parisi1987@gmail.com.

Première séance – 5 février 2014

La première séance de cette deuxième année de notre atelier aura lieu le

mercredi 5 février à 18h00

à l’Institut du Monde Anglophone (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 75005)

en salle 12

Cette première séance sera dédiée à une réflexion autour de l’ouvrage de Beatrice Heuser NATO, Britain, France and the FRG : nuclear strategies and forces for Europe 1949-2000 (1997). Elle est assurée par Ilaria Parisi, doctorante à Paris 3.

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser à Ilaria Parisi, ilaria.parisi1987@gmail.com.

Programme 2013 / 2014

L’équipe de l’Atelier d’Histoire Nucléaire est heureuse de vous présenter le programme de cette nouvelle année académique. Certaines séances restant à définir, nous vous suggérons de consulter régulièrement notre site pour être informés de tout changement.

 

Atelier d’Histoire Nucléaire

Approches historiques des enjeux nucléaires et de sécurité

pendant la Guerre Froide et au-delà

 

Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, EDEAGE, ICEE

Organisé par :

 Guillaume de Rougé, Ilaria Parisi, Frédéric Gloriant, Nicolas Badalassi,

Juliette Desplat

 

 

L’Atelier d’Histoire Nucléaire étudie les enjeux soulevés par le nucléaire militaire en poursuivant l’approche pluridisciplinaire des relations internationales expérimentée l’an passé. Il s’agit d’associer les recherches de politistes et d’historiens afin d’offrir de nouveaux outils d’analyse des enjeux nucléaires et de prolifération les plus contemporains (concepts et doctrines de dissuasion, format et posture des forces nucléaires des Etats-Unis, avenir des forces de dissuasion britannique et française, crises iranienne et nord-coréenne, émergence de l’Asie comme « nouveau monde » nucléaire, etc.). Autant de questions qui seront au centre de nos réflexions pendant cette deuxième année d’activité.

L’atelier est ouvert à tout chercheur intéressé par l’évolution du nucléaire militaire (étudiants de Master, doctorants, professeurs etc.) et plus largement par les enjeux politico-stratégiques européens et mondiaux.

 

Programme prévisionnel 2014

Les séances se tiendront à l’Institut du Monde Anglophone, Paris III (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 75005), salle 12, à partir de 18h00.

 

Séance 1 : mercredi 5 février 2014, 18h00

Réflexions autour de l’ouvrage de Beatrice Heuser NATO, Britain, France and the FRG : nuclear strategies and forces for Europe 1949-2000 (1997).

Par Ilaria Parisi, doctorante à l’Université Paris 3.

 

Séance 2 : (mercredi 5 ou 12) mars 2014, 18h00 – à confirmer

Discussion autour de l’ouvrage Histoire secrète de la guerre irakienne : la France, les Etats-Unis et l’Irak, 1991-2003 (2013).

Intervenant : Frédéric Bozo, Professeur à l’Université Paris 3.

 

Séance 3 : (mercredi 5 ou 12 ou 26) mars 2014, 18h00 – à confirmer

Les échanges nucléaires entre la France et l’Inde.

Invité : Jayita Sarkar, doctorante au Graduate Institute de Genève.

 

Séance 4 : (mercredi 9 ou 16) avril 2014, 18h00 – à confirmer

L’Italie entre IDS et Eureka.

Invité : Antonio Varsori, Professeur à l’Université de Padoue.

 

Séance 5 : (mercredi 23 ou 30) avril 2014, 18h00 – à confirmer

La politique américaine de désarmement nucléaire : réactions (et actions ?) des Européens.

Invités : Benoit Pelopidas, Professeur à l’Université de Bristol, et Corentin Brustlein, chercheur à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI)

 

Séance 6 : mardi 13 mai 2014, 18h00

Le fait nucléaire dans la pensée de Raymond Aron.

Invité : Joël Mouric, Chercheur associé au Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC) à l’Université de Bretagne Occidentale.

 

Bilan d’activité 2012/2013

L’équipe de l’ « Atelier d’histoire nucléaire » est heureuse de vous souhaiter une bonne rentrée ! Les activités de l’Atelier vont reprendre bientôt. En attendant,  retrouvez le bilan de nos activités pour l’année 2012/2013:

Web Report, Nuclear History Workshop, Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Bonne lecture!

L’équipe des organisateurs

Prochaine séance – mercredi 15 mai 2013

Nous avons le plaisir de vous inviter à la dernière séance annuelle de l’Atelier « Approches historiques des enjeux nucléaires et de sécurité pendant la Guerre Froide et au-delà ». Au cours de notre rencontre, on aura le plaisir de s’entretenir avec notre invité, le Prof, Leopoldo Nuti, sur le sujet suivant : « Italy and the Euromissile Crisis ».

Leopoldo Nuti est professeur de relations internationales à l’Université de Roma Tre, directeur du Machiavelli Center for Cold War Studies (CIMA) et directeur du programme « Nuclear Boot Camp » du Nuclear Proliferation International History Program (NPIHP).

La séance aura lieu mercredi 15 mai 2013 à 18h00, à l’Université Paris 3, centre Censier, salle 436 (4e étage).

Prochaine séance – mercredi 24 avril 2013

Nous avons le plaisir de vous inviter à la septième séance de notre séminaire. Elle aura lieu le mercredi 24 avril 2013 de 18h à 20h, à l’Université Paris 3, centre Censier, salle 436 (quatrième étage).

Guillaume de Rouge s’exprimera sur le sujet suivant : « Perspectives du débat américain sur la dissuasion nucléaires ». Cette intervention sera commentée par Ilaria Parisi.

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser à Ilaria Parisi (ilaria.parisi@yahoo.it) ou Nicolas Badalassi (nicolas.badalassi@univ-paris3.fr).

Prochaine séance – mercredi 3 avril 2013

Nous avons le plaisir de vous informer de la séance n°6 de notre atelier, le mercredi 3 avril2013, de 18h à 20h, à l’Université de Paris III, centre Censier, salle 436.

Notre deuxième invité, Lucie de Calvalho, s’exprimera sur le sujet suivant: « De la bombe à l’énergie: l’expansion du nucléaire militaire et civil britannique de Thatcher à Cameron, entre dépendance, indépendance et interdépendance ». Actuellement en 3ième année de thèse de civilisation britannique à Paris 3 sous la direction de Madame Emmanuelle Avril,Lucie de Carvalho s’intéresse aux politiques britanniques en matière d’énergie nucléaire et à leur impact sur les modes de gouvernance de 1980 à 2012. Elle est également agrégée d’anglais et diplômée de l’ENS Cachan.

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser à Ilaria Parisi (ilaria.parisi@yahoo.it) ou Nicolas Badalassi (nicolas.badalassi@univ-paris3.fr).

Prochaine séance – mercredi 13 février 2013

Nous avons le plaisir de vous informer de la séance n°5 de notre atelier, le mercredi 13 février 2013, de 18h à 20h, à l’Université de Paris III, centre Censier, salle 436.

Au cours d’une séance historienne, Ilaria Parisi interviendra sur « La crise des euromissiles ou la riposte flexible à l’épreuve, 1977-1987 ». Cette présentation sera commentée par Nicolas Badalassi.

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser à Ilaria Parisi (ilaria.parisi@yahoo.it) ou Nicolas Badalassi (nicolas.badalassi@univ-paris3.fr).

Prochaine séance – mercredi 30 janvier 2013

Les organisateurs de l’Atelier d’histoire nucléaire ont le plaisir de vous communiquer la nouvelle date de la séance numéro 4, initialement prévue le 16 janvier. Elle se déroulera le mercredi 30 janvier 2013, de 18h à 20h, à l’Université de Paris III, centre Censier, en salle 416.

Nicolas Badalassi s’exprimera sur le sujet suivant: « La CSCE ou la mise en œuvre des conceptions paneuropéennes du général de Gaulle » (répondante: Ilaria Parisi).

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser à Ilaria Parisi (ilaria.parisi@yahoo.it) ou Nicolas Badalassi (nicolas.badalassi@univ-paris3.fr).